Menu

Pas de répit pour les tiques !

Saviez-vous qu’une tique peut vivre plusieurs années ?

Les tiques sont de plus en plus souvent actives tout au long de l’année. Dès que les températures sont égales ou supérieures à 8 °C pendant plusieurs jours d’affilée, elles recommencent à se déplacer. Cela a été nettement le cas ces dernières années. En Suisse, la saison des tiques s’étend en général de mars à novembre.

La tique nous repère par différents moyens, et pour augmenter ses chances de trouver une proie, la tique se poste en hauteur (maximum 1,5 mètre) sur des herbes ou des branchages. Ainsi elle tentera de s’accrocher à tout ce qui passe.

Pour rappel: la tique se fixe grâce à son rostre qui pénètre dans l’épiderme de l’hôte. Les sécrétions salivaires de cet insecte permettent de ramollir la peau et de l’anesthésier pour pouvoir aspirer le sang.

Les tiques sont souvent contaminées par des virus, bactéries ou parasites. Elles les véhiculent d’un hôte à l’autre et les transmettent par leurs sécrétions salivaires lors d’une piqûre. La présence en Suisse de tiques infectées a été relevée jusqu’à 2000m d’altitude.

Les 2 maladies les plus courantes transmises par les tiques sont:

  •  La borréliose ou maladie de Lyme qui se traite par l’antibiothérapie. En Suisse, environ 10’000 personnes la contractent chaque année.
  • L’encéphalite ou méningo-encéphalite à tiques (FSME ou MEVE), maladie potentiellement mortelle contre laquelle il n’existe pas de traitement. Par contre, on dispose d’un vaccin efficace, recommandé aux personnes travaillant dans la forêt ou aux alentours, ainsi qu’aux adultes et aux enfants dès 6 ans séjournant dans les régions touchées par la maladie. Le risque lié au virus FSME est également présent dans les pays à l’Est de la Suisse (de la Croatie jusqu’en Russie)

A chaque stade de son développement (larve, nymphe puis adulte), la tique a besoin d’un repas sanguin. Au stade adulte, seules les femelles se nourrissent de sang. Une fois rassasiée, la tique se laisse tomber à terre et pond des milliers d’œufs. Et ainsi, un nouveau cycle recommence !

Focus sur les maladies transmissibles

Les pathogènes de la borréliose de Lyme se trouvent dans l’intestin moyen de la tique. Quelques heures sont donc nécessaires pour que les agents pathogènes pénètrent dans le sang de l’hôte. Par conséquent, plus la tique est retirée rapidement après la piqûre, plus le risque de contracter la borréliose est faible.

En revanche, les agents pathogènes de la méningo-encéphalite à tiques (FSME) se trouvent dans la salive de ces parasites suceurs de sang. Ils peuvent donc être transmis directement lors de la piqûre. Ainsi, même un retrait immédiat de la tique ne permet pas d’éviter l’infection. Il est donc d’autant plus important d’éviter à tout prix les piqûres. Une protection adéquate permet de réduire le risque de se faire piquer. Il est également possible de se faire vacciner contre le FSME, afin de se protéger d’une infection par ce virus.

Mesures de prévention:

  • Évitez les hautes herbes et les sous-bois.
  • Portez des vêtements à manches longues qui ferment bien et des pantalons. Mettez vos chaussettes par-dessus le pantalon si vous sortez des sentiers battus.
  • Optez pour des couleurs claires où les tiques seront plus visibles.
  • Utilisez des répulsifs anti-insectes type Phytopharma Anti insecte ou AntiBrumm.
  • Inspectez le corps après chaque promenade et après chaque sortie en plein air, sans oublier le cuir chevelu.
  • L’OFSP recommande à toutes les personnes résidant ou se rendant dans des régions à risque de FSME de se faire vacciner contre la FSME. Toute la Suisse est considérée comme telle à l’exception du Tessin et de Genève.

Pensez également à bien inspecter la peau de vos enfants sur tout le corps après chaque sortie en plein air. L’idéal est de leur faire prendre d’abord une douche abondante ou un bain.

Soyez particulièrement attentif chez les personnes qui ont des taches de rousseur, des grains de beauté ou une peau foncée, car les minuscules larves sont moins visibles chez eux.

En quoi consiste la vaccination ?

La vaccination contre la MEVE (FSME) est possible chez les adultes et les enfants. Elle consiste en 3 doses réparties sur 1 année (schéma classique : 0 – 1 – 12 mois ou schéma accéléré : 0 – 14 jours -12 mois) pour avoir une immunité longue durée. Ensuite 1 seul rappel suffit tous les 10 ans !

Vous pouvez dorénavant vous faire vacciner à la pharmacie de Territet (public adulte) ! L’acte de vaccination coûte 25CHF en plus du coût du vaccin. Le vaccin peut être pris en charge s’il y a une ordonnance médicale (en fonction de vos franchises et quote-part).

J’ai retrouvé une tique, que faut-il faire ?

Si une tique vous a piqué, agissez rapidement. Suivez les conseils ci-après:

  • Munissez-vous si possible d’un instrument tel qu’une pincette fine, une carte à tiques ou une pince à tiques
  • Saisissez la tique au plus proche de la peau sans l’écraser
  • Retirez la tique lentement en tirant de manière continue et sans à-coups
  • Si la piqûre se trouve à un endroit difficile d’accès, demandez à quelqu’un de vous aider
  • Oubliez les remèdes maison: laissez le vernis à ongles, l’huile, l’alcool ou le dentifrice au placard. Non seulement ces produits n’aident pas à retirer les tiques, mais en plus ils peuvent augmenter le risque d’infection
  • La règle d’or: contre la peau, mouvement lent, constant et maîtrisé
  • Désinfecter après l’avoir ôtée !

En cas de piqûre de tique, prenez une photo afin d’avoir en mémoire la date et le lieu de piqûre; retirer la tique à l’aide d’une pincette fine et désinfecter la zone.

Une fois la tique enlevée, l’essentiel est de tuer la tique. Écrasez bien le parasite à l’aide d’un instrument et non à main nue.

Surveillez l’évolution au niveau de la zone de piqure pendant les 3 à 4 semaines suivantes : un cercle rouge qui s’estompe en s’élargissant autour de la piqure peut être le signe d’une infection en cours.

Les erreurs à éviter

Voici quelques recommandations supplémentaires :

  • Ne jamais essayer “d’endormir la tique” avant de l’enlever (alcool, éther ou autre)
  • Ne pas tirer sur la tique par à-coups (elle “stresse” et peut recracher des substances dans la peau, le risque d’infections augmente)
  • Bien noter le jour de la piqure et suivre l’évolution chaque jour pendant 2 à 3 semaines.

Nicolas Barbet, pharmacien responsable

Partager cet article!
0 Commentaire