Menu

Tiques

Que faire en cas de piqûre de tique?
La nouvelle application de prévention «TIQUE» offre de précieux conseils: elle permet de localiser les zones à risque, de savoir comment se protéger contre les piqûres de tiques ou encore de prendre les dispositions nécessaires lorsqu’on a été piqué.

Download pour applications mobiles:
http://itunes.com/apps/Zecke

Tique app

Les deux maladies les plus fréquemment liées aux piqûres de tique sont la borréliose, ou maladie de Lyme, et la méningo-encéphalite verno-estivale (MEVE).

La borréliose:

La borréliose est causée par une bactérie nommée Borrelia burgdorferi qui est transmise à l’homme par la piqûre d’une tique infectée. Elle se manifeste d’abord par une rougeur de la peau, qui s’étend en périphérie et s’éclaircit en son centre. Cet érythème migrant ne doit pas être banalisé, car même s’il finit par disparaître, l’infection peut se poursuivre et toucher les articulations ou le système nerveux. D’où l’importance d’un dépistage précoce de la borréliose afin d’éviter de graves séquelles.
En Suisse, environ 20% des tiques sont infectées par Borrelia.
Le risque de transmission de Borrelia dépend de la durée pendant laquelle la tique reste accrochée à la peau. Ce risque est très faible en dessous de 24 heures.

Cette maladie nécessite un traitement antibiotique.

L’encéphalite à tiques:

L’encéphalite est une inflammation du cerveau. Elle est causée par un virus transmis par des tiques infectées.
Les tiques infectées par le virus de cette encéphalite ne vivent que dans certaines régions (zones d’endémie), dans lesquelles le pourcentage de tiques infectées est de l’ordre de 1%.
Une à deux semaines après la piqûre, certaines personnes peuvent ressentir des symptômes d’allure grippale, mais la majorité des gens ne présente aucun symptôme. Par la suite, 5 à 15% des malades vont présenter des complications neurologiques sous forme de maux de tête, intolérance à la lumière, difficultés de concentration, vertiges. Des paralysies touchant les bras, les jambes ou le visage peuvent survenir. La guérison nécessite de plusieurs semaines à quelques mois. Des séquelles neurologiques peuvent persister ; elles sont plus fréquentes chez les patients âgés.
Comme l’encéphalite à tiques est due à un virus, les antibiotiques ne sont pas indiqués. Il n’existe pas de traitement antiviral spécifique.
Par contre, contrairement à la borréliose, il est possible de se faire vacciner de manière préventive contre la MEVE. La carte géographique de l’OFSP disponible sur l’application de prévention «TIQUE» indique les régions où cette vaccination est recommandée.

V.Desclouds, pharmacienne, sur la base des données de l’OFSP

Partager cet article!
0 Commentaire