Menu

News

Alzheimer: et si cela devenait une maladie rare…..

La maladie d’Alzheimer touche de plus en plus de personnes dans le monde.

En Suisse, une nouvelle personne est affectée toutes le 18 minutes!

C’est la troisième cause de mortalité pour les femmes et la quatrième pour les hommes.

Tout le monde connaît quelqu’un qui en souffre, et pourtant des études récentes montrent que cette maladie pourrait toucher moins de personnes!

A ce jour nous n’avons pas de médicaments efficaces pour la traiter, mais il existe d’autres pistes pour la prévenir et en atténuer les effets.

Voici les principaux facteurs de risque:

  • avoir hérité du gène ApoE4 de ses deux parents
  • taux de sucre sanguin élevé
  • mauvais sommeil (apnées du sommeil, insomnies)
  • mauvaise hygiène dentaire
  • amalgames dentaires au mercure mal entretenus
  • alimentation non optimale
  • environnement trop humide, moisissures
  • environnement pollué (produits toxiques et ondes électromagnétiques, wifi, bluetooth…)
  • taux d’homocystéine élevé
  • état inflammatoire élevé (CRP)
  • taux de vitamine D insuffisant
  • manque d’activité physique
  • taux d’oméga 3 insuffisant
  • hypertension artérielle
  • stress chronique

Comme vous pouvez le voir, les causes de cette maladie sont multiples, certains facteurs de risque étant relativement faciles à corriger, tandis que d’autres sont plus complexes et nécessitent des conseils spécialisés que nous pouvons vous apporter.

Il existe trois profils de patients:

1. Le profil inflammatoire:

Il est caractérisé par un état inflammatoire chronique de l’organisme.

Dans ce profil, la maladie commence par une diminution de la capacité à mémoriser les nouvelles informations. Ce sont des porteurs fréquents du gène ApoE4. Les marqueurs sanguins de l’inflammation sont élevés.

2. Le profil atrophique:

Il est caractérisé par un déséquilibre hormonal.

La maladie commence aussi par une baisse de la capacité de mémorisation des nouvelles informations, mais elle apparaît une dizaine d’années plus tard que dans le profil inflammatoire. Ce sont aussi des porteurs fréquents du gène ApoE4. Les principaux marqueurs sanguins sont des taux généraux d’hormones bas, une homocystéine élevée, un état prédiabétique.

3. Le profil toxique:

Il est consécutif à une exposition à des toxiques ou des microbes pathogènes.

La maladie apparaît plus précocement et se manifeste par des troubles de la mémoire, de la parole, de l’écriture, du calcul et un état dépressif. Ces patients ne sont pas porteurs du gène ApoE4. Les principaux marqueurs sanguins sont un rapport cuivre/zinc élevé, des taux bas de triglycérides, de DHEA et TSH.

Il est important de déterminer les causes de l’accumulation de plaques d’amyloïde dans le cerveau, car ces plaques caractéristiques de la maladie ne seraient qu’une résultante d’un déséquilibre, une réaction de protection du cerveau.

L’alimentation:

Nous pouvons agir facilement sur certains facteurs de risque grâce à des mesures diététiques.

En effet, l’alimentation joue un rôle préventif et curatif dans les trois profils.

Les dernières recommandations issues de la recherche scientifique:

  • jeûne intermittent de type 16/8 (16 heures de jeûne par 24 heures), en arrêtant de manger 3 heures avant le coucher: par exemple, possibilité de manger entre 11 h et 19 h et aller au lit à 22 h
  • beaucoup de légumes sans lectines, bio et sans OGM, afin de réparer un intestin trop perméable
  • antioxydants
  • bonnes graisses à profusion
  • peu de glucides
  • très peu de sucres
  • très peu de viande
  • des acides gras omega 3
  • curcuma, pour son action anti-inflammatoire et ses propriétés antioxydantes
  • ail et crucifères (brassicacées) pour activer la détoxification hépatique et cérébrale

D’autres questions?

Besoin de conseils?

Nous sommes à votre disposition, avec nos sourires…

Véronique Desclouds, pharmacienne