Menu

Virus Zika: quels risques dans nos contrées?

Virus émergent transmis par les moustiques, Zika a été identifié pour la première fois en Ouganda en 1947 chez des singes rhésus. On l’a ensuite détecté chez l’homme en 1952 en Ouganda et en Tanzanie. Des flambées de maladie à virus Zika ont récemment été observées en Afrique, dans les Amériques, en Asie et dans le Pacifique.

Le virus Zika se transmet à l’être humain par la piqûre d’un moustique infecté dans les régions tropicales. Celui-ci transmet aussi la dengue, le chikungunya et la fièvre jaune.

Signes et symptômes:

On ne connaît pas très bien la durée d’incubation (allant de l’exposition à la manifestation des symptômes), mais elle est probablement de quelques jours. Les symptômes comportent de la fièvre, des éruptions cutanées, de la conjonctivite, des douleurs musculaires et articulaires, un état de malaise et des céphalées. Ces symptômes restent en général bénins et disparaissent en deux à sept jours. Les sujets atteints doivent beaucoup se reposer, boire suffisamment et prendre des médicaments courants contre la douleur et la fièvre. En cas d’aggravation des
symptômes, ils doivent consulter un médecin. Il n’existe actuellement aucun vaccin, mais plusieurs laboratoires pharmaceutiques ont entamé des recherches pour élaborer un vaccin.

Complications potentielles:

Lors des grandes flambées épidémiques en Polynésie française et au Brésil, en 2013 et en 2015 respectivement, les autorités sanitaires nationales ont signalé des complications neurologiques et auto-immunes potentielles.
Récemment, au Brésil, les autorités sanitaires locales ont observé une recrudescence de cas atteints du syndrome Guillain-Barré qui coïncident avec des cas d‘infections à virus Zika dans le grand public, ainsi qu’une augmentation du nombre de nouveau-nés atteints de microcéphalie dans le Nord-Est du pays. Les organismes enquêtant sur les flambées épidémiques dues au virus Zika mettent à jour un nombre de données croissantes établissant un lien entre ce virus et la microcéphalie.
D’autres investigations seront toutefois nécessaires pour pouvoir comprendre la relation entre la microcéphalie des nourrissons et le virus Zika. Des investigations sont également en cours sur d’autres causes potentielles.

Recommandations pour les voyageurs à destination des pays concernés:

• Les femmes enceintes doivent parler de leurs projets de voyage avec leur prestataire de soins (ou médecin ou gynécologue) et envisager de différer le voyage vers toute zone où des infections à virus Zika sont contractées localement.
• Les voyageurs qui se rendent dans des pays tropicaux de tous les continents, spécialement les femmes enceintes, les personnes souffrant de dysfonctionnement du système immunitaire ou d’autres maladies chroniques, ainsi que les voyageurs avec des enfants en bas âge devraient consulter un médecin pour se renseigner sur tous les dangers liés aux maladies tropicales.
• Les voyageurs qui se rendent dans des pays tropicaux de tous les continents devraient s’informer de la situation épidémiologique en cours de la région qu’ils visitent et se protéger contre les piqûres de moustiques, que ce soit dans des espaces fermés ou à l’air libre.
Des recommandations données par les médecins spécialisés en médecine tropicale en Suisse sont disponibles sur le site www.safetravel.ch.

Sources: www.who.int, www.bag.admin.ch

Partager cet article!
0 Commentaire